• Accueil
  • > Archives pour juillet 2009

Archive pour juillet 2009

Mardi 21 juillet 2009

 dans Lectures muette          La Muette de Djavann Chahdortt

C’est une très belle histoire (vraie ?), écrite dans un style simple et fluide qui ne peut laisser personne indifférent. Le sujet : sur fond de condition féminine en Iran, une jeun fille de 15 ans en prison nous raconte comment elle en est arrivée là. Le style est simple, fluide, sans description choc.

Samedi 18 juillet 2009

 dans Lectures confidences       Confidences à Allah de Saphia Azzeddine

A qui parler quand on est pauvre, perdue, rejetée de sa famille ? Jbara, petite bergère des montagnes du Maghreb, parle à Allah. Il est, dans un monde qui ne voulait pas d’elle, son seul confident. Elle lui raconte sa vie, la misère, le mépris, son père ignorant et brutal qui la traite en servante, les hommes qui la traitent en objet, la découverte progressive du pouvoir de la beauté, la prostitution, la prison, le désir d’ailleurs : une vie semblable à tant de vies de femmes, aujourd’hui. Monologue fiévreux, porté par une rage irrépressible, que la verve et l’humour rendent encore plus acérée, Confidences à Allah est un témoignage direct, cru, sur l’oppression des femmes, mais aussi, et d’abord, le portrait d’une jeune fille résolue à exister par elle-même, et qui ne se soumettra pas.

Jeudi 9 juillet 2009

 dans Documents voleurs       Les voleurs de rêves : Cent cinquante ans d’histoire d’une famille algérienne de Bachir Hadjadj

Ce livre-là, nous étions nombreux à rêver qu’on l’écrive, depuis bientôt un demi-siècle, sitôt qu’a pris fin le sanglant corps à corps franco-algérien, le 19 mars 1962. Et la voilà enfin, l’autobiographie d’une famille depuis l’époque antérieure à la conquête, à travers trois périodes : la turque, la française, l’algérienne proprement dite, manifestant la continuité profonde d’un peuple, assurée par l’islam au travers des immenses bouleversements provoqués par les guerres et cent trente ans de colonisation impérieuse. L’extraordinaire intérêt du livre de Bachir Hadjadj réside dans la sincérité du ton, dans l’intrépidité du témoignage.